- Nouvel Obs "Le jeûne, une nouvelle façon de se soigner" - Jeûne et Plénitude
22437
post-template-default,single,single-post,postid-22437,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.7,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

– Nouvel Obs “Le jeûne, une nouvelle façon de se soigner”

Nouvel Obs (03/2012) “Le jeûne, une nouvelle façon de se soigner”

Par Thierry de Lestrade Sylvie Gilman

LE PLUS. Comment imaginer que se priver peut rendre plus fort ? C’est pourtant ce que prouvent plusieurs études venues de l’étranger : le jeûne guérit. Explications de Thierry de Lestrade et Sylvie Gilman, réalisateurs de documentaires, notamment auteurs de “Le jeûne, une nouvelle thérapie ?”, qui sera diffusé sur Arte à la fin du mois.

Notre système de santé craque de toutes parts. Les comptes sont dans le rouge. Les maladies s’installent : diabète, hypertension, pathologies inflammatoires, allergies, dépressions… À chacune sa pilule. Nous vivons plus vieux, pieds et poings liés aux béquilles chimiques fournies par l’industrie du médicament. L’obésité fait des ravages, le cancer frappe chaque famille.

Ce constat est connu de tous aujourd’hui. Et que faisons nous ? Nous poursuivons dans la même direction.

Qui s’en soucie ? Les médecins suivent les protocoles, les comptables chiffrent, la dette enfle.

Que faire face à ce dérèglement du système de santé ?

Nous pouvons peut-être changer de perspective, penser notre système comme un vrai système de santé et non comme un système de la maladie.

Nous pourrions travailler sur le corps dans son ensemble, au contraire de la pratique qui veut que le médecin soigne son patient comme un garagiste répare une voiture : quand il a un pépin, par pièces interchangeables.

Au fil de ce questionnement, nous sommes tombés sur un vieux truc, vieux comme le monde : le jeûne. Étrange pratique, qui incite souvent à l’ironie, parce qu’elle effraie un peu (beaucoup) : qui n’a pas peur du manque ?

 

Jeûner, c’est entrer dans un pays inconnu

Aucun de nous n’avait jeûné, ne connaissait des gens qui avaient jeûné, avant de nous lancer dans une enquête qui voulait répondre à trois questions : est-il dangereux de jeûner ? A-t-on observé dans le corps, de manière objective, scientifique, les effets du jeûne ? Ses effets sont-ils bénéfiques ?

Ne revenons pas en détails sur les résultats de cette enquête : nous les racontons dans le documentaire diffusé sur Arte le 29 mars (1).

Précisons néanmoins que les découvertes sur le jeûne sont tout à fait étonnantes.

Les Soviétiques ont constitué 40 ans d’études cliniques, établi des protocoles, des listes d’indication et de contre indication et ont soigné des dizaines de milliers de patients. La pratique est également réelle de l’autre côté du Rhin : 15 à 20% des Allemands déclarent avoir jeûné et, est-ce une coïncidence, ils consomment beaucoup moins de médicaments que nous.

Un chercheur de l’université de Californie, Valter Longo, vient de son côté de publier dans une revue scientifique haut de gamme des résultats surprenants, chez la souris, sur le jeûne et la chimiothérapie.

 

Le jeûne, plus qu’une simple solution, un révélateur

Le jeûne n’est pas la panacée. Il ne sera pas la solution à lui seul des problèmes de notre système de santé.

Mais le jeûne est un révélateur. Révélateur de la capacité à penser autrement.

Interrogé dans un hebdomadaire cette semaine, un cancérologue français de l’hôpital Cochin n’a pas craint d’affirmer : “Le jeûne n’a aucune place dans le champs des pathologies malignes.” (“Elle”, 23 mars 2012), à l’encontre des publications de Longo. En France, ne changeons rien. Pensons comme nous avons toujours pensé.

Autre son de cloche au Norris Hospital de Los Angeles, un des centres de cancérologie les plus importants de Californie, où un essai thérapeutique préliminaire est conduit en faisant jeûner des patients atteints de cancer avant la chimiothérapie. David Quinn, chef du service des essais thérapeutiques (200 essais thérapeutiques sont conduits chaque année), nous a déclaré : “Nous suivons avec beaucoup d’intérêt cette piste. Une méthode simple, facile à mettre en œuvre, et pas chère, potentiellement applicable à tous les cancers : pourquoi la négliger ?”

Pour l’instant, il ne s’agit que d’essais préliminaires. N’empêche, la clinique Mayo a lancé elle aussi des essais thérapeutiques, l’Université de Leiden, aux Pays-Bas également.

Et en France ? Pas d’essais en vue. Dans le même hebdomadaire, un autre professeur déclare : “Jeûner est à proscrire en cas de maladie.” (“Elle”, 23 mars 2012

Et au nom de quoi, dans une France championne du monde de la consommation de médicaments ? De l’ignorance ? De l’incapacité à penser le monde autrement ?

Comme nous le disait Valter Longo : “C’est difficile d’imaginer que vous pouvez supprimer la nourriture à quelqu’un et qu’il devient plus fort.” Et Valentin Nicolaïev, à Moscou, d’ajouter : “C’est encore plus difficile pour un médecin. Jeûner, c’est un peu mettre sa tête à l’envers.”

Sommes-nous prêts à penser le monde autrement ? À penser notre système de santé autrement, à penser notre rapport au soin et au corps différemment ?

Et si le manque n’était plus vécu comme une défaite ? “Moins” pourrait-il être “Plus” ?

No Comments

Post a Comment